Pathologie du genou chez le chien et le chat

Par Dr L. Borer, EBVS ® European Specialist in Small Animal Surgery

Le genou

Le genou est l’articulation du membre postérieur la plus touchée par des pathologies chez le chien et le chat. L’articulation relie le fémur et le tibia et comporte 4 ligaments principaux (2 collatéraux et 2 croisés) ainsi que 2 ménisques et 3 os sésamoïdes (la rotule et les deux fabellae). L’articulation est entourée d’une capsule articulaire et remplie de liquide synovial permettant une bonne lubrification de la zone.

short-coated beige puppy

La rupture du ligament croisé antérieur

La rupture du ligament croisé antérieur est la cause la plus fréquente de boiterie d’un membre postérieur chez le chien. Les ligaments croisés servent de stabilisateurs passifs du genou et participent à limiter les torsions. Le ligament croisé antérieur participe également à limiter l’avancée du tibia lors de la mise en charge (neutralisation du « mouvement du tiroir »).

Les causes de rupture du ligament croisé antérieur sont pour la majorité d’origine inconnue. En effet, seule 20% d’entre elles sont d’origine traumatique, les autres sont associées à une « maladie » du ligament dont la cause n’a pas encore été élucidée. Dans ce dernier cas, la rupture du ligament ainsi que la boiterie associée sont progressives et la rupture finale complète se fera lors d’une activité quotidienne (saut, course, jeu). Même si la cause n’est pas complètement élucidée, certaines études mettent en avant des facteurs prédisposants tels que la génétique, la stérilisation, la conformation, l’inflammation, l’obésité, l’environnement, etc.

Toutes les races de chien peuvent être touchées, il en est de même pour les chats, même si pour ces derniers, l’origine traumatique est plus fréquente que chez le chien . 

short-coated beige puppy

Le diagnostic s’effectue essentiellement avec un examen orthopédique du patient. Un gonflement du genou associé à une instabilité et des signes de douleurs sont fortement suspects d’une rupture du ligament croisé antérieur, en particulier le test du mouvement du tiroir, visant à mettre en évidence une translation vers l’avant du tibia. En cas de signes peu clairs, une radiographie du genou peut mettre en évidence un épanchement articulaire combiné à des signes d’arthrose, renforçant la suspicion de rupture. Le diagnostic final s’effectue lors de l’exploration, pendant l’intervention chirurgicale, du genou par mini-arthrotomie (petite ouverture de l’articulation) ou arthroscopie (exploration du genou avec une caméra).

Une opération est recommandée lors d’une rupture du ligament croisé antérieur. En effet, le ligament n’est pas capable de se réparer et un traitement conservateur de l’articulation risque de conduire à une douleur persistante, une boiterie chronique ainsi qu’au développement d’arthrose.

 Une intervention chirurgicale vise à stabiliser le genou. Les techniques peuvent se séparer en 2 catégories : les stabilisations extra-capsulaires (stabilisations directes) et les ostéotomies correctrices (stabilisations indirectes).

Les techniques extra-capsulaires sont plutôt adaptées à des animaux légers, le but étant de reproduire la fonction du ligament croisé antérieur au moyen d’une prothèse ligamentaire (une bride en matériel synthétique).

Parmi les techniques d’ostéotomies correctrices, la TPLO (tibia plateau leveling osteotomy) est la plus répandue au niveau international. Cette technique convient aux patients de toutes tailles. Son but est de neutraliser l’avancement du tibia par une modification de la géométrie au niveau du premier tiers du tibia. Le genou sera alors stabilisé sans l’aide du ligament croisé antérieur en s’aidant des autres structures naturelles intactes du genou (les autres tendons et ligaments).

short-coated beige puppy

La convalescence après une opération est en règle générale d’une durée de 8 semaines, durant laquelle il faudra observer un repos strict ainsi que des promenades courtes en toujours en laisse. Toutefois, ces interventions ne nécessitent pas la mise en place d’un bandage ou d’une attelle, car il est souhaité que le patient mobilise son articulation le plus rapidement possible. La physiothérapie est donc recommandée dès la première semaine après l’opération, afin d’améliorer et d’accélérer la récupération.

Le pronostic est très bon après l’opération avec plus de 90% de récupération complète (sans boiterie visible), selon la gravité des blessures décelées dans le genou.

short-coated beige puppy

La luxation de la rotule 

La rotule est un petit os situé dans le tendon du muscle quadriceps. Elle coulisse dans une fosse osseuse dessinée dans le fémur appelée la trochlée et est rattachée par le tendon patellaire au tibia au niveau de la tubérosité tibiale. Chez un animal sans problème de rotule, la trochlée, la rotule, le tendon patellaire ainsi que la tubérosité tibiale sont tous alignés et participent, avec le muscle quadriceps, aux flexions et extensions du genou.

La luxation de la rotule désigne un déboitement de celle-ci, dans une position anormale, c’est-à-dire en dehors de la trochlée. La rotule peut se déboiter sur la face médiale (vers l’intérieur) ou la face latérale (vers l’extérieur) du genou. Il existe 4 degrés de luxations de la rotule, allant d’un degré 0 pour un genou normal, au degré 4 qui est le plus sévère :

  • Degré 1 : la rotule peut être luxée manuellement uniquement et revient spontanément à sa place
  • Degré 2 : la rotule peut luxer spontanément lors de mouvements mais se trouve principalement en place dans la trochlée
  • Degré 3 : la rotule est luxée en permanence (est en dehors de la trochlée), elle peut être réduite manuellement mais ne tient pas en place et reluxe immédiatement
  • Degré 4 : la rotule est luxée en permanence mais ne peut plus être réduite. Dans ce dernier cas, des malformations du membres sont souvent présentes.
short-coated beige puppy

La luxation de la rotule peut être occasionnellement d’origine traumatique, mais est le plus souvent due à une malformation congénitale. Les patients sont souvent affectés aux deux genoux. Chez la plupart des patients, le sillon fémoral, dans lequel la rotule coulisse, est trop peu profond, favorisant la luxation de la rotule. Elle est également favorisée par un mauvais alignement entre la tubérosité tibiale (lieu d’attache du ligament rotulien) et le reste du genou.

Les symptômes cliniques typiques sont une boiterie intermittente du membre touché avec des phases de déplacement normaux suivi de phases où l’animal marche sur 3 pattes sur quelques foulées. Lors d’une atteinte bilatérale, les animaux peuvent également présenter une position arquée des postérieurs (semblable à un cow-boy). La luxation en elle-même n’est pas douloureuse mais avec le temps, l’usure du cartilage provoquée par celle-ci progresse, l’arthrose s’installe et avec elle les douleurs. La luxation de rotule augmente aussi le risque de rupture du ligament croisé antérieur.

Le diagnostic d’une luxation de rotule se fait principalement lors d’un examen orthopédique. La luxation peut être mise en évidence par la palpation du genou. En cas d’une luxation de degré 4, des radiographies, ou dans certains cas un scanner, sont recommandés afin d’évaluer au mieux les autres possibles malformations osseuses associées.

Une opération n’est pas nécessaire en cas de luxation de degré 1 mais est recommandée dans les cas de degré 2 présentant des signes cliniques réguliers, et en cas de degré 3 ou 4.

L’opération consiste en un approfondissement du sillon fémoral (trochlée), un réalignement de la tubérosité tibiale et ainsi de l’appareil extenseur du genou et un resserrement de la capsule articulaire.

Convalescence

La convalescence après une telle opération est fréquemment de 6 semaines, durant lesquelles il faudra observer un repos strict ainsi que des promenades courtes en toujours en laisse. Comme pour les ruptures de ligaments croisés, La physiothérapie est recommandée dès la première semaine après l’opération, afin d’améliorer et d’accélérer la récupération.

Le pronostic est dépendant de la sévérité de la luxation ainsi que de la présence de lésions associée (arthrose, rupture du ligament croisé antérieur, etc.). Une gêne provoquée par les broches dans le tibia, est la principale complication de cette opération, bien que peu fréquente.

NOUVEAU CHEZ VETSPECIALISTES

Votre centre vétérinaire VETSPECIALISTES a le plaisir de vous annoncer l’ouverture d’une consultation généraliste dès le 1er avril 2024 !

 

Appelez le 022 708 11 33 pour plus de renseignements !

Ceci fermera dans 20 secondes