Qu’est-ce que la Cardiomyopathie hypertrophique Féline ?

Qu’est-ce que la Cardiomyopathie hypertrophique Féline ?

Qu’est-ce que la Cardiomyopathie hypertrophique Féline ?

Par Dr D. Brizard, Certificate in Small Animal Cardiology, Certificat en Electrophysiologie et Rythmologie

La cardiomyopathie hypertrophique est une maladie génétique du muscle cardiaque qui affecte les humains, les chats, les cochons et les chiens (de manière minoritaire).

Cette maladie n’est pas congénitale, elle se développe au contraire lentement ( quelques années) voire très lentement (plusieurs années). Cela se traduit par un épaississement du muscle cardiaque, en particulier le côté gauche du cœur, perturbant le remplissage du cœur et sa relaxation ( le cœur alterne des phases de contraction et de relaxation, toutes deux très importantes à un bon fonctionnement cardiaque).

Ce long développement rend le dépistage difficile car un chat testé à 2 ou 3 ans peut s’avérer complètement normal ; mais être requalifié  ensuite d’ » anormal » quelques années plus tard.

La cardiomyopathie hypertrophique peut rester silencieuse pendant plusieurs années, puis provoquer soudainement de graves symptômes de décompensation cardiaque avec des difficultés respiratoires d’apparition soudaine , des syncopes, une perte de poids et /ou d’appétit.

short-coated beige puppy

Existe-t-il un traitement ?

Malheureusement, pour le moment il n’existe ni traitement préventif ni traitement curatif.

Cependant , le dépistage de cette maladie reste important :

  • Individuellement : un chat qui a été correctement dépisté aura une qualité de vie meilleures car certaines manifestations de la maladie peuvent être contrôlées sous traitement ( arythmies, syncopes). Les manifestations graves de la maladie peuvent être également évitées si le chat est monitoré régulièrement (œdème pulmonaire, thromboses ).
  • Individuellement encore, la prévention des risques anesthésiques est possible si un dépistage a été réalisé avant une opération.
  • Collectivement : la sélection correcte des reproducteurs peut permettre de diminuer l’incidence de la maladie dans les élevages, même si cela représente un travail de longue haleine sur plusieurs années.

Recommandations pour le dépistage de la cardiomyopathie hypertrophique familiale.

Source https://www.pawpeds.com/cms/index.php/en/

Pour les éleveurs

Pour les Maine Coon, il existe un test génétique, cependant il n’est pas suffisant  pour le dépistage individuel  (voir plus bas),  il doit être complété par un examen échocardiographique.

La 1 ère échocardiographie  doit être faite à l’âge de 1 an, avant que le chat soit utilisé pour la reproduction.

Les tests suivants sont effectués annuellement et jusqu’à 3 ans. Puis un test successif sera recommandé à l’âge de 5 ans. Si le chat est un reproducteur important pour l’élevage, un dernier test à 8 ans est recommandé, également dans le cas ou’ un parent proche est diagnostiqué positif.

Pour les particuliers

Si les parents sont connus, demandez à l’éleveur les documents attestant de leur suivi échographique et de la « normalité «  des résultats. Dans ce cas, une échocardiographie ne s’impose pas pour votre propre chat.

Si au contraire aucun document attestant de la «  normalité «  des parents n’est disponible, un dépistage est  recommandé autour des 3 à 4 ans, en particulier pour les races à risque ( Maine Coon, Ragdoll, Birman, Norvégien,  Sphynx, Européens).

Comment interpréter le résultat de l’examen échocardiographique :

«Cœur Normal» : chats avec un cœur normal d’après l’échocardiographie  et n’ayant aucun proche parent diagnostiqué HCM.

«Diagnostiqué HCM» : les chats diagnostiqués HCM ne peuvent être utilisés pour la reproduction.

«Test ambigu»  : Ambigu signifie que quelque chose dans l’échocardiographie  n’a pas semblé « normal », mais pour autant il n’est pas certain que le chat développera une cardiomyopathie hypertrophique. Certains paramètres extérieurs au cœur peuvent avoir une influence sur la fonction cardiaque comme une hypertension artérielle, une insuffisance rénale,  une hyperthyroidie, une inflammation transitoire. Dans certains cas, cela peut aussi être le résultat de variations individuelles, par exemple des muscles papillaires un peu plus larges que le « standard ».

Dans un cas de résultat

« Ambigu », la marche à

suivre est la suivante :

  • Ambigu, chat < 2 ans : le chat ne doit pas encore reproduire et doit être re-tester dans 6 mois à 1 an
  • Ambigu, chat entre 2 et 3 ans : une portée peut être planifiée si cela est absolument nécessaire pour l’élevage. Tous les proches parents de ce chat doivent avoir un cœur normal. Les chatons de la portée ne seront pas utilisés pour la reproduction avant que le chat parent soit re-testé entre 3 et 4 ans.
  • Ambigu, > 3 ans : le chat peut entrer dans un programme de reproduction mais doit être reproduit uniquement avec un chat ayant un cœur normal , et tous les proches parents doivent avoir un cœur normal.

Parents proches des chats affectés par la HCM :

 Si le chat est diagnostiqué HCM , les recommandations suivantes s’appliquent à ses parents proches :

  • Si le coeur du parent proche est normal et qu’il a moins de 2 ans: il faut attendre un test successif lorsque le chat aura > 2 ans avant de l’utiliser comme reproducteur.
  • Si le coeur du parent proche est normal lorsqu’il a entre 2 et 3 ans: une seule portée peut être réalisée avec lui, l’autre parent doit être diagnostiqué avec un cœur normal et n’avoir aucun proche diagnostiqué avec HCM. Les chatons de cette portée ne doivent pas se reproduire jusqu’à ce que le parent à risque soit âgé de plus de 3 ans et n’ait montré aucun signe échographique de HCM.
  • Si le coeur du parent proche est normal et qu’il a plus de 3 ans :  le chat peut être utilisé pour la reproduction s’il ne montre aucun signe échographique de HCM. Il est préférable cependant de l’accoupler avec un Maine Coon n’ayant aucun risque de développer une HCM (résultat du test non ambigu).
  • Si un chat est diagnostiqué avec un résultat “ ambigu”, ou si il a un parent proche qui a développé des signes d’HCM, il faut être extrêmement prudent dans l’utilisation de ses parents proches comme reproducteurs.

Quid du test ADN

Une mutation sur un gène a été identifié en 2006 sur une colonie de chats de race Maine Coon : le HCM1 , plus précisément le  Myosin Binding Protein C 3 (MyBPC 3) gene. Environ la moitié des chats Maine Coon affectés par la maladie sont cependant NON porteur de ce gêne, signifiant qu’il y a d’autres gênes en jeu dans le développement de la cardiomyopathie hypertrophique. Un test ADN négatif n’est donc pas suffisant pour exclure une cardiomyopathie hypertrophique.

Qu’est ce qu’un « souffle « ?

Un souffle est un bruit entendu à l’aide d’un stéthoscope au moment de l’auscultation cardiaque, qui se surajoute aux battements cardiaques. Ce bruit ressemble à un « courant d’air « , pour cela il est appelé « souffle « .
Un souffle n’est pas une maladie, mais cela peut être la manifestation d’une maladie. Le souffle provient du tourbillonnement du flux sanguin dans le cœur lorsqu’il s’insinue dans un orifice de petite taille ou lorsque le flux sanguin est projeté à une vitesse importante dans les grands vaisseaux cardiaques ( tronc pulmonaire , aorte).

Il existe différentes catégories de souffles :

– Souffle innocent ou fonctionnel : audible fréquemment chez les jeunes animaux maigres , ils sont souvent de basse intensité , ont une tonalité « musicale « , et tendent à disparaitre avec la croissance.
Ils peuvent également apparaitre lorsque le débit cardiaque est important : animaux agités , femelles gestantes ou allaitantes ; OU lors de pathologies extra-cardiaques qui modifient le débit sanguin : hyperthyroidie, et hypertension artérielle sont les conditions les plus courantes qui peuvent entrainer l’apparition d’un souffle sans qu’une maladie cardiaque en soit responsable.
– Souffle pathologique ou organique : c’est un souffle secondaire à l’existence d’une pathologie cardiaque . Les turbulences responsables du souffle se forment soit au niveau d’une valve qui ne s’ouvre pas correctement ou qui ne se ferme pas correctement : ou au niveau d’une communication entre 2 chambres cardiaques , c’est-à-dire une ouverture qui ne devrait pas exister mais qui permet au sang de passer d’une chambre cardiaque à une autre, les plus courantes étant les communications au niveau du septum , la cloison qui sépare le cœur en une partie droite et une partie gauche.
Timing : les souffles sont ensuite classés en « systoliques « , c’est-à-dire qu’ils interviennent au moment de la contraction cardiaque (ils peuvent être innocents ou pathologiques ) et en « diastoliques « , c’est-à-dire qu’ ils interviennent au moment de la relaxation cardiaque (toujours pathologiques). Ils sont beaucoup plus rares.

Le Syndrome du chiot unique

Le Syndrome du chiot unique

Qu’est ce que le Syndrome du chiot unique ?

Par Dr E. Furthner, spécialiste diplômé du Collège Européen de Reproduction (ECAR)

La prise en charge d’une gestation avec un unique chiot est compliquée. En effet, pour les chiennes grand format, le signal en provenance du chiot disant à la mère qu’il est temps de mettre bas est insuffisant. La mère risque de prolonger sa gestation trop longtemps à un point où le chiot peut être en danger. Pour les femelles petit format, le risque se situe au niveau de la taille du chiot qui a plus de place que d’habitude pour grandir dans l’uterus. Même si le signal envoyé par le chiot est la plupart du temps suffisant pour que la chienne démarre la cascade hormonale qui mène à la mise bas d’une petite chienne, le chiot risque d’être trop gros pour naître par les voies basses.
La césarienne est donc souvent nécessaire aussi bien pour les grandes chiennes que les petits formats. L’estimation de la date de la mise bas est alors primordiale pour réaliser la césarienne au bon moment.
Prévention : afin de réduire le risque de petites portées, il est conseillé de réaliser un suivi de chaleur à l’aide d’un dosage de progestérone, un frottis vaginal et une échographie ovarienne pour marier le mâle à la femelle au bon moment et maximiser le nombre de chiots par portée.
short-coated beige puppy
}

Horaires

Du lundi au vendredi

8h00 - 18h30

sur rendez-vous uniquement

Accès

TPG : lignes  5, 50, 53, 59,  arrêt "Grand-Saconnex-Place"

Voiture : Depuis l'autoroute - Sortie Ferney de l’autoroute A1 (depuis Lausanne ou France), suivre les indications “Grand-Saconnex” et poursuivre sur la route de Ferney jusqu’à ce que le centre apparaisse sur votre gauche.

Parking : parking souterrain entrée Route de Ferney avec places réservées VetSpecialistes + parking extérieur (zone bleue) entrée Rue de Colovrex + zone bleues Rue de Colovrex et Place de Carantec

© 2024 Les Vetspecialistes

Webdesign & production par Spinnaker Communication

Fin de vie de votre animal

Fin de vie de votre animal

Fin de vie de votre animal

Après avoir partagé un bout de chemin ensemble, vient ce moment tant redouté par chacun d’entre nous : la fin de vie de votre compagnon.

Que cela soit accidentel, après une maladie ou de vieillesse, nous sommes conscients que c’est toujours un moment extrêmement douloureux. Chez VetSpecialistes nous tenons à vous accompagner dans les dernières démarches.
Notre équipe de vétérinaires et d’assistantes sera à votre écoute et pourra vous expliquer les différentes étapes. De la prise de décision s’il s’agit d’une euthanasie, dans le choix de l’incinération et jusqu’au retour de ses cendres si vous le souhaitez.
Nous avons fait le choix de travailler avec le Crématoire Animalier de Séon pour s’occuper de l’incinération de votre compagnon car nous savons qu’il sera traité avec le plus grand respect.
N’hésitez pas à visiter leur site internet si vous souhaitiez plus d’information concernant leurs services :
photo of man hugging tan dog
}

Horaires

Du lundi au vendredi

8h00 - 18h30

sur rendez-vous uniquement

Accès

TPG : lignes  5, 50, 53, 59,  arrêt "Grand-Saconnex-Place"

Voiture : Depuis l'autoroute - Sortie Ferney de l’autoroute A1 (depuis Lausanne ou France), suivre les indications “Grand-Saconnex” et poursuivre sur la route de Ferney jusqu’à ce que le centre apparaisse sur votre gauche.

Parking : parking souterrain entrée Route de Ferney avec places réservées VetSpecialistes + parking extérieur (zone bleue) entrée Rue de Colovrex + zone bleues Rue de Colovrex et Place de Carantec

© 2024 Les Vetspecialistes

Webdesign & production par Spinnaker Communication

EBVS : Une autorité Européenne

EBVS : Une autorité Européenne

EBVS : Une autorité Européenne

Les vétérinaires spécialistes :

En médecine humaine, votre médecin généraliste vous réfère vers un cardiologue, un neurologue ou un dermatologue en cas de nécessité d’une expertise dans un domaine de santé en particulier. Sachez qu’il en est de même pour nos animaux de compagnie.

Il s’agit alors d’un « vétérinaire spécialiste ».

Il existe une autorité européenne qui enregistre toutes les spécialités reconnues en médecine vétérinaire. Cet organisme se nomme EBVS (Européean board of veterinary specialisation, https://ebvs.eu/). Seules sont reconnues comme spécialité vétérinaire les disciplines enregistrées par cet organisme. L’EBVS est le garant du respect des connaissances et avancées scientifiques dans le domaine vétérinaire, et a autorité pour imposer le respect d’une charte de formation scientifique et éthique qui garantit le plus haut niveau de qualité de formation clinique en médecine vétérinaire.

Chaque discipline enregistrée auprès de l’EBVS constitue un collège. Chaque collège est composé des vétérinaires diplômés spécialistes dans leur domaine. Ceux-ci ont alors complété au minimum 3 à 4 années d’études supplémentaires dédiées à leur domaine de spécialité clinique dans un hôpital universitaire ( « la résidence « ) . Ce titre est intitulé « Diplomate du collège européen » et est obtenu après le succès du candidat à un examen final de très haut niveau.

Les spécialistes vétérinaires sont souvent impliqués dans des activités de recherche en plus de leur travail en clinique. Ce travail de recherche permet à l’avancement des connaissances dans leur domaine ( améliorer les connaissances d’une pathologie, mettre en place de nouveaux traitements pour améliorer sa prise en charge ..).

 

Spécialisés en … ?

En ce qui concerne les vétérinaires généralistes « spécialisés en » un ou plusieurs domaines : Il s’agit de vétérinaires praticiens qui ont souhaité approfondir leurs connaissances dans un domaine d’intérêt.

Cet approfondissement peut se faire au travers de formations continues, congrès, séminaires. Il s’agit la plupart du temps de formations fournies par des associations ou organismes privés. Les formateurs de ces organismes sont la plupart du temps des vétérinaires spécialistes (cf précédent) qui animent des séminaires d’approfondissement à l’attention des vétérinaires généralistes afin de leur transmettre les connaissances nécessaires à l’approfondissement et l’enrichissement de leur palette d’outils médicaux et diagnostiques.

}

Horaires

Du lundi au vendredi

8h00 - 18h30

sur rendez-vous uniquement

Accès

TPG : lignes  5, 50, 53, 59,  arrêt "Grand-Saconnex-Place"

Voiture : Depuis l'autoroute - Sortie Ferney de l’autoroute A1 (depuis Lausanne ou France), suivre les indications “Grand-Saconnex” et poursuivre sur la route de Ferney jusqu’à ce que le centre apparaisse sur votre gauche.

Parking : parking souterrain entrée Route de Ferney avec places réservées VetSpecialistes + parking extérieur (zone bleue) entrée Rue de Colovrex + zone bleues Rue de Colovrex et Place de Carantec

© 2024 Les Vetspecialistes

Webdesign & production par Spinnaker Communication

Que faire quand vous découvrez une masse sur votre compagnon ?

Que faire quand vous découvrez une masse sur votre compagnon ?

Que faire quand vous découvrez une masse sur votre compagnon ?

Par Dr. Vincent Wavreille, spécialiste au centre Vetspecialistes

Chez le chien :

Il est très fréquent que nos compagnons canins développent des masses cutanées ou sous-cutanées quand ils vieillissent. La plupart d’entre elles sont bénignes (lipome, kyste sébacé, histiocytome…) mais peuvent nécessiter un retrait dans les cas de croissance rapide, de surinfection ou de gène à la mobilité. D’autres masses sont au contraire malignes (elles sont donc associées avec un comportement biologique plus agressif localement et ont le potentiel de métastaser). Les mastocytomes et les sarcomes sont les lésions malignes les plus courantes. Elles doivent être traitées de façon spécifique (via une chirurgie adaptée) et un bilan d’extension doit être réaliser au préalable. Il est parfois nécessaire de combiner différents traitements (chimiothérapie et/ou radiothérapie) pour mieux contrôler la pathologie.

Chez le chat :

Il est moins fréquent que nos compagnons félins développent des masses cutanées ou sous-cutanées. Elles sont plus souvent malignes et sont donc associées à un comportement biologique plus agressif. Les sarcomes (associés à des injections), les carcinomes mammaires et les carcinomes épidermoïdes sont les lésions les plus courantes. Tout comme chez le chien, elles doivent être traitées de façon spécifique (via une chirurgie adaptée) et un bilan d’extension doit être réaliser. Une approche multimodale (incluant la chimiothérapie et/ou radiothérapie) peut être également nécessaire pour mieux contrôler la pathologie.

Quelle que soit la masse, une aspiration à l’aiguille fine de la masse est recommandée : ce prélèvement permet d’isoler des cellules de la masse afin de les identifier et donc de poser un diagnostic. Cette première étape est essentielle dans la prise en charge des masse cutanées et sous-cutanées chez le chien ou le chat.

}

Horaires

Du lundi au vendredi

8h00 - 18h30

sur rendez-vous uniquement

Accès

TPG : lignes  5, 50, 53, 59,  arrêt "Grand-Saconnex-Place"

Voiture : Depuis l'autoroute - Sortie Ferney de l’autoroute A1 (depuis Lausanne ou France), suivre les indications “Grand-Saconnex” et poursuivre sur la route de Ferney jusqu’à ce que le centre apparaisse sur votre gauche.

Parking : parking souterrain entrée Route de Ferney avec places réservées VetSpecialistes + parking extérieur (zone bleue) entrée Rue de Colovrex + zone bleues Rue de Colovrex et Place de Carantec

© 2024 Les Vetspecialistes

Webdesign & production par Spinnaker Communication